Dans le monde de la construction, réaliser un escalier demande une grande précision et un grand sens du détail. Le coffrage, cette technique qui permet de donner la forme à l’ouvrage, est une étape clé de la mise en œuvre. En acier, en bois, tournant ou droit, chaque escalier a ses spécificités et nécessite une approche adaptée. Aujourd’hui, nous allons vous dévoiler les secrets pour réussir facilement le coffrage d’un escalier, qu’il soit droit, tournant, hélicoïdal ou préfabriqué.

Connaître les éléments techniques pour une bonne mise en oeuvre

Avant de passer à la réalisation proprement dite, il est indispensable de connaître et de bien comprendre les éléments techniques qui entrent en jeu dans la création d’un escalier. La hauteur de l’escalier, la largeur et le nombre de marches, la dimension du palier si l’escalier est tournant, la forme de l’escalier hélicoïdal si c’est le modèle choisi, sont autant d’éléments à prendre en compte.

Le coffrage, qui consiste à créer un moule pour couler le béton de l’escalier, doit être réalisé avec la plus grande précision. Sa qualité conditionne en grande partie la qualité finale de l’escalier. Il est primordial de bien déterminer les mesures de chaque élément de l’escalier, de la première à la dernière marche.

Pour le maître d’œuvre, la réalisation du coffrage représente une étape à ne pas négliger. Qu’il s’agisse d’un escalier droit, en colimaçon, quart tournant ou bien un escalier hélicoïdal, chaque détail compte.

Les étapes de réalisation d’un coffrage pour escalier droit

Les escaliers droits sont les plus couramment rencontrés dans nos maisons. Leur réalisation est relativement simple, mais demande une certaine rigueur. La première étape consiste à réaliser une fiche technique détaillée. Elle comprend toutes les mesures nécessaires à la réalisation du coffrage : hauteur totale, nombre de marches, hauteur et largeur de chaque marche, etc.

La seconde étape consiste à réaliser le coffrage lui-même. C’est là que le bois intervient majoritairement. Il sert à créer les moules qui vont accueillir le béton. Ces moules, appelés “formes”, sont réalisés à partir de planches de bois taillées aux mesures exactes des éléments de l’escalier.

Le béton est coulé dans le coffrage. Il va prendre la forme des différentes marches et formes de l’escalier. Une fois que le béton a durci, le coffrage est retiré, laissant apparaître l’escalier dans sa forme finale.

Réalisation d’un coffrage pour escalier tournant ou hélicoïdal

Pour un escalier tournant ou hélicoïdal, la réalisation du coffrage peut s’avérer plus délicate. Ces modèles d’escaliers, très esthétiques, demandent une grande précision dans la mise en œuvre du coffrage.

  1. La réalisation de la fiche technique. Celle-ci doit inclure tous les détails de l’escalier : hauteur totale, rayon de la courbe, nombre de marches, etc. Elle doit également préciser la nature du matériau utilisé pour le coffrage, qui peut être du bois ou de l’acier.
  2. La réalisation du coffrage en lui-même. Pour un escalier tournant, il est possible de réaliser un coffrage en bois, en suivant la courbe de l’escalier. Pour un escalier hélicoïdal, le coffrage sera plutôt réalisé en acier, pour une meilleure précision.
  3. Le béton est coulé dans le coffrage et, après séchage, l’escalier est prêt à être utilisé.